22 juil. 2016

Saint Omer - Houppe

  • Célestin HOUPPE - St Omer - Peintre et Photographe
  • Début Activité : ? mais document philatelique datant de Mai 1872 retrouvé
  • Adresse : 11 Place de L' Arsenal
  • Succursale à Aire Sur la Lys - 49 Rue de Biennes puis 12 Rue des Carbottes (associé avec Charles Landouzy de Calais)

Célestin Houppe: peintre et photographe qui débute à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais) dans les années 1860, puis qui ouvre un atelier à St-Omer (Pas-de-Calais) au 11 Place de l’Arsenal vers 1865. Il indique “Spécialité d’agrandissements et reproductions”. C. Houppe exerce toujours à l'adresse d'Aire-sur-la-Lys dans les années 1870, jusqu'au début des années 1880. Il est un temps associé avec Charles Landouzy installé à Calais dans les années 1880

img454 img447

img826 img824

img579 img571

img714 img706

img707 img699 

EPSON015 EPSON014  

Epson_22072016133446 Epson_22072016133609

EPSON029

EPSON030 

EPSON017

EPSON016


Posté par pins59 à 15:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 juin 2012

Saint Omer - Becquereau

  • BECQUEREAU Charles Jean Baptiste
  • Début Activité : 1883
  • Adresse : 42 Rue de Valbelle / 101 Rue Carnot
  • Associé à Belle (a un moment) successeur de Belle

La rue de Valbelle fut longtemps appelée rue du Mantel-de-Vair (manteau de fourrure) car elle était devenue le berceau de la corporation des fourreurs.

De la rue Allent à la rue Carnot, elle a porté tour à tour les noms de Mollinstraet au XIIIe siècle, de la Belle-Cloche, de la Tasse, du Chevalier-rouge au XVIIIe siècle, noms de diverses d'enseignes, rue de Mirabeau en 1792 et enfin celui des Six-fontaines.

En 1878 plusieurs maisons furent détruites afin d'élargir une partie de la rue. Le premier photographe de Saint-Omer, Charles Becquereau, avait son magasin au numéro 42. Il exposa dès 1880 les premières photographies de Saint-Omer dans son magasin. Ce fut ensuite Edmond Surelle qui s'y installa.

Dès le début du XXe siècle, celui-ci édita les premières cartes postales de Saint-Omer.

Le décès suspect de Me Surelle le 14 juillet 1909 et la fuite du photographe en Belgique donna lieu à son arrestation quelques jours plus tard. Quelque temps après, Paul Surelle succéda à son père et reprit le magasin de photographie.

Saint Omer, le 14 Aout 1909, Mr Surelle, le photographe de la rue de Valbelle, à Saint Omer, qui avait été arreté à Ypres, à la suite du décès mysterieux de sa femme trouvée morte à la suite de manoeuvres abortives, est rentré à Saint omer ce matin , une ordonnance de Non-Lieu ayant été rendu en sa faveur. (article de presse).  

 

img032 img027

img162 img161 

EPSON032  EPSON031

 

EPSON009 EPSON008

EPSON011 EPSON010

 


Actualité Saint Omer

En 1892, Becquereau immortalise les fortifications avant leur démantèlement

PUBLIÉ LE 20/11/2011 

À la fin du XIXe siècle, entre le bastion Saint-Venant, appelé à l'origine le bastion des Bouchers, et la porte Sainte-Croix

En 1892, Becquereau immortalise les fortificationsavant leur démantèlement

se trouvait au milieu de la courtine une saillie appelée Jambon. Le bastion du Jambon (au centre de la photo) était de petite taille et ses faces ne mesuraient que six toises. Il était seulement prévu pour une vingtaine d'hommes. En dessous de sa plateforme en grès, se trouvait une casemate avec ses quatre pièces de canon. C'est à cet endroit que se situait le stand militaire pour le tir au fusil d'un côté, et le tir au revolver de l'autre, sur une butte placée dans l'encoignure du Jambon et dans celle du bastion Saint-Venant. Les tirs pouvaient se dérouler en toute sécurité pour la population car la hauteur des remparts à cet endroit était très grande. Au premier plan de cette photo on aperçoit les baraques et un hangar pour les militaires employés aux travaux de tirs. Sur la gauche une passerelle donne sur un petit kiosque au toit de chaume, elle permettait l'accès au stand de tir côté glacis par un chemin sinueux qui bordait les ouvrages extérieurs. Par l'intérieur de la ville, on y arrivait par des poternes et des escaliers encore visibles aujourd'hui. On peut apercevoir vers le fond, le premier château d'eau de la ville, derrière le bosquet d'arbres sur le bastion Saint-Venant. À droite sur la photo, on remarque également le belvédère de l'école de l'enclos Notre-Dame, accolé à une grande maison qui était à cette époque une école libre de jeunes filles tenue par les soeurs de la Sainte-Union. En bas et à gauche, le cours d'eau alimenté par les eaux des sources était appelé le fossé de ville, il longe les remparts pour rejoindre la porte de Calais. En temps de guerre, cette douve était comblée d'eau et le fossé avait alors pour rives, d'un côté le rempart et ses hautes murailles, et de l'autre la contrescarpe abrupte et accidentée. Cette photo de Becquereau a certainement été prise durant l'hiver de 1892-1893, peu de temps avant que ne débute le démantèlement des remparts décidé en mai 1889 par la municipalité en place. •

La Voix du Nord


 

Posté par pins59 à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 avr. 2012

Florian BOCHER

  • Florian BOCHER
  • Début Activité : 1883
  • Adresse Saint Omer : 113 Route de Dunkerque
  • Adresse Bethune : Boulevard Frédéric Degeorges (Ouvert le lundi et Jeudi et 1er et 3eme Dimanche)
  • Adresse Abbeville : Rue Saint Jean des Près (spécialiste Agrandissement et Emaux)
  • Adresse Morlaix : 6 Place de Viarmes 

img002 img005

img006 img009

img007 img003

Epson_13112016125117 Epson_13112016125216

Epson_09082017104926


 

 

Posté par pins59 à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 nov. 2011

St Omer - Surelle

  • Edmond (né en 1864 à St Omer) et Paul SURELLE
  • Début Activité : 1880
  • Enseigne : Ed. Surelle
  • Adresse : 42 Rue De Valbelle ex Rue Guillaume Cliton
  • Succursale à Blendecques (pas de calais) 

Fils d’un chapelier, Edmond Surelle est né le 13 juillet 1864 à Saint-Omer (Pas-de-Calais). Il a fait une longue carrière de photographe dans sa ville natale. Selon son registre matricule, il aurait emménagé en juillet 1890 au 42, rue Guillaume-Cliton adresse de son premier atelier. Il y est recensé en 1891 et 1896. En 1901, il s’installe au 42, rue de Valbelle où avait exercé avant lui deux grands photographes audomarois Alfred Belle puis Charles Becquereau. Sa carrière s’interrompt brutalement le 14 juillet 1909 quand on découvre dans sa chambre à coucher le corps de son épouse morte des suites d'un avortement. Edmond Surelle s’est enfui. Il dira plus tard "avoir perdu la tête". Il est arrêté à Ypres (Belgique). Dans sa cellule, il tente de s’étrangler avec son mouchoir. Incarcéré en France, il est entendu par le juge d’instruction qui prononce un non-lieu. Libre, Edmond Surelle retrouve son atelier de la rue de Valbelle où il sera actif jusqu’en 1928 environ. Il décède à Saint-Omer le 30 août 1937. Son fils Paul (1900-?) sera aussi photographe, notamment à Avignon (Vaucluse). (source portrait Sépia)

 

La rue de Valbelle fut longtemps appelée rue du Mantel-de-Vair (manteau de fourrure) car elle était devenue le berceau de la corporation des fourreurs.

De la rue Allent à la rue Carnot, elle a porté tour à tour les noms de Mollinstraet au XIIIe siècle, de la Belle-Cloche, de la Tasse, du Chevalier-rouge au XVIIIe siècle, noms de diverses d'enseignes, rue de Mirabeau en 1792 et enfin celui des Six-fontaines.

En 1878 plusieurs maisons furent détruites afin d'élargir une partie de la rue. Le premier photographe de Saint-Omer, Charles Becquereau, avait son magasin au numéro 42. Il exposa dès 1880 les premières photographies de Saint-Omer dans son magasin. Ce fut ensuite Edmond Surelle qui s'y installa.

Dès le début du XXe siècle, celui-ci édita les premières cartes postales de Saint-Omer.

Le décès suspect de Me Surelle le 14 juillet 1909 et la fuite du photographe en Belgique donna lieu à son arrestation quelques jours plus tard. Quelque temps après, Paul Surelle succéda à son père et reprit le magasin de photographie.

Saint Omer, le 14 Aout 1909, Mr Surelle, le photographe de la rue de Valbelle, à Saint Omer, qui avait été arreté à Ypres, à la suite du décès mysterieux de sa femme trouvée morte à la suite de manoeuvres abortives, est rentré à Saint omer ce matin , une ordonnance de Non-Lieu ayant été rendu en sa faveur. (article de presse).

Recensement de la Rue de VALBELLE - Saint Omer en 1906

42  
  SURELLE Edmond chef photographe française 41 Saint Omer
  DELERUE Louise femme sans profession française 35 Roubaix
  SURELLE Paul enfant sans profession française 6 Saint Omer
  SURELLE Germaine enfant sans profession française 4 Saint Omer
  PETIT Louise sans parenté domestique française 19 Coulogne
img889
 
img881
img202 img198
img029 img024

img770

 

001 EDMOND SURELLE TERRE CUITE SAINT OMER 62500 par Frédéric Quivrin002 EDMOND SURELLE TERRE CUITE SAINT OMER 62500 par Frédéric Quivrin

Collection Privée Frédéric Quivrin - Saint Omer - Edmond Surelle Sculpteur.


Posté par pins59 à 17:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 nov. 2010

Saint Omer - Belle

  • BELLE - Saint Omer
  • Adresse : 42 Rue Valbelle

Romuald Auguste Alfred Belle : fils de cultivateur, né le 2 juillet 1815 à Bourbourg-Campagne (Nord) et marié à Bourbourg, le 5 juillet 1843, à Victorine Antoinette François HENIN (Née à Boulogne-sur-Mer le 24/11/1811 – Décédée en 1861). La profession déclarée sur l’acte est artiste. Il est photographe précurseur, actif à Saint-Omer (Pas-de-Calais)  dans les années 1850 et 1860. Dans les années 60, associé à Charles Becquereau, l’atelier est établi au numéro 42 rue de Valbelle.

Après son veuvage, le photographe se remarie à St-Omer, le 3 mai 1871 avec Béatrice Léontine Duval. L’acte de mariage précise que M. Belle est paralysé des membres inférieurs et ne peut se rendre à l’Hôtel-de-Ville. Belle décède le 21 janvier 1877 à St-Omer (Pas-de-Calais) et Charles Becquereau prend alors la succession jusque vers la fin des années 1890 

Saint Omer - Becquereau - L' Atelier des photographes du XIX siecle

La rue de Valbelle fut longtemps appelée rue du Mantel-de-Vair (manteau de fourrure) car elle était devenue le berceau de la corporation des fourreurs. De la rue Allent à la rue Carnot, elle a porté tour à tour les noms de Mollinstraet au XIIIe siècle, de la Belle-Cloche, de la Tasse, du Chevalier-rouge au XVIIIe siècle, noms de diverses d'enseignes, rue de Mirabeau en 1792 et enfin celui des Six-fontaines.

http://laphotoduxix.canalblog.com

 

img024 img020

 

EPSON013 EPSON012

 


Posté par pins59 à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]