21 oct. 2018

Caudry - J. HERMAL

  • J. HERMAL Caudry
  • Adresse : Rue de Saint Quentin

Epson_21102018143924

Epson_21102018144023

Posté par pins59 à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Cambrai - A. MARCOUX

  • A MARCOUX - Cambrai
  • Date de début d'activité : 1895
  • Adresse : 18 Rue Sainte Elisabeth

Epson_21102018144755

Epson_21102018145037

Posté par pins59 à 19:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avr. 2018

Cambrai - Cazé

  • Hyppolite CAZE (1825-1890) - Cambrai
  • Début Activité : 
  • Adresse : 17 Rues des Liniers
  • Peintre et Photographe
  • Vend à CALUYER vers 1880

Fils d’un cultivateur, Thomas Hyacinthe Cazé est né le 29 juillet 1825 à Sorel-le-Grand (Somme). Il est possible que sa carrière de photographe à Cambrai (Nord) ait débuté durant les première années 1860. Cazé est lié à la famille Caluyer. A une date inconnue, il épousera Uranie Augustine Courchelle qui était veuve d’Hippolyte Joseph Caluyer père (1821-1852), daguerréotypiste itinérant. En tant que photographe, il utilisera le procédé de photominiature d’Hippolyte Joseph Caluyer fils (1847-1893). Ce dernier lui succèdera après 1884 dans l’atelier du 17, rue des Liniers. Cazé ne s’est pas contenté d’être le principal photographe portraitiste cambraisien du Second Empire, on lui doit aussi des vues et monuments de sa ville. Rentier, il est décédé le 6 avril 1890, deux semaines avant son épouse.

 

  • Hyppolite Joseph CALUYER - Cambrai (Peintre photographe, décédé le 08 novembre 1893)
  • Début Activité : 1875
  • Adresse : 17 Rue des Liniers puis 11 Rue Porte Robert
  • Sa veuve exploite lui succède quelques temps vers 1895
  • Membre de la SFP (entré en 1879, sorti en 1885) / Membre de la Société d' Emulation de Cambrai entré le 26 Octobre 1887.
  • Vend à Joseph Bastien
  • Joseph BASTIEN (avec Pegot vers 1897)
  • Début Activité : 1889
  • Enseigne : Photographie Caluyer
  • Adresse : 11 Rue Porte Robert / Rue de l' Ecu de France

img434 img431

img433 img425

img713 img705

 

Epson_15042018121008

Epson_15042018121058

img272

img266 

Epson_27082016141636

Epson_27082016141802

EPSON042

DISCOURS NÉCROLOGIQUE PRONONCÉ 

Hippolyte Caluyer, que nous avons la douleur 
d'accompagner aujourd'hui au champ du repos, fut 
membre de la Société d'Emulation et de la Commission 
de l'Ecole de dessin. C'est au nom de ses collègues et 
amis que je vais adresser un suprême adieu au vaillant 
artiste qu'une mort prématurée vient d'arracher à 
l'amour des siens et à l'affection de ses nombreux amis. 

Arrivé encore enfant à Cambrai, il fit d'excellentes 
études à l'institution de M. Bédorez, et se fit bientôt 
remarquer par d'heureuses dispositions pour les arts du 
dessin. Il suivit avec de brillants succès les cours de 
notre école communale,  il puisa les premières notions 
d'un art qu'il devait porter au plus haut degré de 
perfection. Peu après, clans un discours de distribution 
de prix, son professeur, M. Berger, déclarait que ce 
jeune sujet pouvait déjà lutter avec les plus anciens et 
les meilleurs élèves. 

Pendant la guerre de 1870 il fut incorporé dans la 
garde nationale mobilisée de Cambrai, qui, réunie aux 
bataillons du Caleau et d'Avcsnes, forma le 46e 
régiment mobile. Nommé sous-lieutenant, il assista, 
sous le commandement suprême du général Faidherbe, 
aux batailles de Pont-Noyelles, Bapaume et St-Quentin, 
 il fit bravement son devoir.
 
Il travailla ensuite quelques années avec ses parents, 
suivant toutes les expositions pour comparer ses essais 
avec les oeuvres des maîtres, et s'efforçant d'atteindre 
leur perfection. En 1875, il reprit à son compte l'atelier 
de photographie dont la réputation ne cessa de grandir, 
et lui acquit bientôt une grande notoriété et une clientèle 
d'élite. Ses efforts continus, son goût artistique, le soin 
apporté à toutes ses oeuvres le firent connaître et 
apprécier du monde des arts,et à la grande exposition de 
photographie, qui eut lieu en 1886 à Douai, ses collègues 
lui décernèrent au concours la plus haute récompense, 
un diplôme d'honneur. 

Cette supériorité d'exécution, si hautement reconnue, 
le fit choisir pour reproduire par la photographie dans 
un ouvrage de Paléographie musicale publié sous les 
auspices du Ministre des Beaux-Arts, des manuscrits 
très anciens de Plain-Cliant, dont l'état de vestusté et 
les textes frustes à peine visibles rendaient la lecture 
difficile. Il sut cependant faire ressortir ces caractères 
rongés par le temps et mériter les félicitations des 
éditeurs. 

Monsieur d'Havrincourt le chargea ensuite de 
l'illustration d'un grand ouvrage sur L'histoire et la 
généalogie de sa famille. De cette collaboration est sorti 
un livre entièrement remarquable dont nous avons pu 
apprécier le texte érudit et les planches artistiques dans 
le bel exemplaire que M. Caluyer a offert à la 
Bibliothèque de la Société. 

Dans ces dernières années, la chimie fit faire à la 
photographie des progrès rapides ; des méthodes toutes 
nouvelles furent appliquées. Caluyer fit de nombreux 
voyages pour se tenir au courant de la science, et c'est
à la suite d'études nouvelles qu'il employa le procédé dit 
au charbon, le seul durable, qui permet de soustraire 
aux efforts du temps, le souvenir de ceux qui nous sont 
chers. 11 sut vaincre les difficultés sans nombre de cette- 
méthode difficile, et devint un maître en obtenant des 
épreuves d'une vigueur et d'une netteté que les procédés 
ordinaires ne peuvent imiter et qu'aucun de ses 
confrères ne put surpasser. D'ailleurs jamais rien de 
médiocre ne sortit de son atelier. Il tenait avant tout à 
sa réputation d'artiste, et au besoin multipliait les 
clichés jusqu'à complète satisfaction. 

Ses succès à l'Ecole de dessin, la nature de ses 
occupations, ses aspirations artistiques le désignèrent au 
choix de la Municipalité, et au mois de juillet 1882 il fut 
nommé membre de la Commission de l'Ecole de dessin. 
Sa compétence, le zèle qu'il montra dans l'exercice de 
ses fonctions, le dévouement dont il fit preuve, lui 
valurent, à la réorganisation de l'école en novembre 
1890, le titre de délégué de l'inspection de l'ensei- 
gnement du dessin. 

En octobre 1887, la Société d'Emulation fut heureuse 
de posséder parmi ses membres cet artiste de talent. 
Il ne tarda pas à y marquer sa place par sa haute 
compétence dans toutes les questions d'art et son 
empressement a enrichir les Mémoires de magnifiques 
reproductions de monuments de Cambrai, parmi 
lesquels nous noterons particulièrement le jubé et les 
bas-reliefs du choeur de l'Eglise St-Géry. Aussi quand 
il s'agit de la publication de l'ouvrage « Souvenir des 
Fortifications de Cambrai » entreprise sous les auspices 
de la Société, ses collègues n'hésitèrent pas à lui 
en confier l'illustration.
 
Quoique déjà très souffrant, Caluyer se mit cou- 
rageusement à l'oeuvre, et excité peut-être par le 
pressentiment qu'elle devait être le digne couronnement, 
de sa carrière, il s'efforça d'achever ce travail. Tous les 
clichés sont terminés et plus de la moitié sont reproduits 
par la phototypie. La mort est venue le surprendre 
comme son collègue et ami M. Durieux, avant qu'il 
n'ait pu voir le succès de l'oeuvre. Pour lui, je puis 
répéter encore qu'il est mort sur la brèche, mettant au 
service de sa ville d'adoption toutes ses forces, son 
âme entière jusqu'à son dernier souffle. 

Par cette oeuvre, sa mémoire survivra chez nos 
enfants pour lesquels il aura contribué à conserver un 
souvenir durable de la vieille forteresse, appelée en 
grande partie à disparaître. Elle leur rappellera l'état 
actuel des morceaux qui seront conservés et leurs 
abords anciens avant qu'ils ne soient isolés de l'enceinte 
continue. 

Son ardeur au travail, sa constante préoccupation de 
bien faire, affaiblirent sa santé sans le décider à modérer 
ses efforts. Malgré les soins dévoués de la digne 
compagne de sa vie,sa collaboratrice,la mort impitoyable 
est venue l'arracher à la dignité modeste d'un foyer  
il donnait l'exemple de toutes les vertus domestiques 

Vous savez tous combien il était charitable, bon, 
affable, toujours prêt à rendre service. Puisse l'hommage 
rendu à cet homme de bien par les nombreux amis qui 
l'accompagnent aujourd'hui à sa dernière demeure, 
apporter un soulagement à l'immense douleur de son 
épouse et de leur unique enfant. 

Au nom de la Société d'Emulation.

Hippolyte Joseph CALUYER Père (1821-1852)

Daguerréotypiste itinérant
Fils d’un marchand, Hippolyte Joseph Caluyer est né le 13 avril 1821 à Oisy-le-Verger (Pas-de-Calais). Dans les années 1840, il vit à Paris où naîtra, le 16 avril 1847, son fils, prénommé comme lui Hippolyte Joseph, qui sera photographe à Cambrai (Nord). On sait peu de choses de la carrière de daguerréotypiste itinérant du père. Deux daguerréotypes signés de lui ont été conservés et sont visibles sur Internet. L’un est un beau portrait de l’auteur Henrik Tollens (1780-1856) ; l’autre, fait en extérieur, représente un groupe de dix personnes, sans doute une famille. Sur l’étiquette collée au dos, Hippolyte Caluyer précise qu’il est aussi peintre en miniature -sans doute son métier initial- ; qu’il donne des leçons de Daguerre et que la ressemblance de ses portraits est \"infaillible\". Rhétorique habituelle aux diffuseurs du daguerréotype en province. On sait aussi que son nom est associé à Hermann Bückmann(1820-1884), photographe hollandais.

\"Peintre en daguerréotype ambulant\", Hippolyte Joseph Caluyer est décédé le 11 juillet 1852 à Douvrin (Pas-de-Calais) où il était de passage, étant domicilié de fait à Paris. Sa veuve, Uranie Augustine Courchelle, épousera en secondes noces Thomas Hyacinthe Cazé (1825-1890) ; sans doute s’agit-il du H. Cazé, photographe à Cambrai durant les années 1870 dont le successeur sera Hippolyte Joseph Caluyer fils.

 

Hippolyte Joseph CALUYER Fils 

Hippolyte Joseph Caluyer est né le 16 avril 1847 à Paris. il est le fils d’Hippolyte Joseph Caluyer (1821-1852) peintre en miniature et daguerréotypiste itinérant et de Uranie Augustine Courchelle. Le jeune Hippolyte n’a que cinq ans quand son père décède à Douvrin (Pas-de-Calais) où il était de passage. C’est sans doute peu après que sa veuve quitte la capitale et s’installe à Cambrai (Nord). Là, son fils va se faire remarquer à l’école par ses dons pour le dessin. Son père avait pratiqué le daguerréotype ; lui va s’intéresser à la photographie. Durant les années 1870, l’un des photographes cambraisiens qui a pignon sur rue est H. Cazé, sans doute Thomas Hyacinthe Cazé ((1825-1890) qui sera le second mari d’Uranie Courchelle. Au dos de ses photos, Cazé précise que pour ses photos miniatures, il emploie le procédé mis au point par Hippolyte Caluyer. Ce dernier lui aurait succédé après 1882 dans l’atelier situé 11, rue Porte Robert. Photographe de talent et personnalité locale, Hippolyte Joseph Caluyer a été membre de la Société française de photographie de 1879 à 1885 et membre de la Société d’émulation de Cambrai à partir de 1887. Il est décédé le 8 novembre 1893. Sa veuve, née Cléophine Amicie Stella Delacourt (1860-1946), poursuivra l’activité quelque temps avant de céder le fonds de commerce à Joseph Bastien. Comme d’autres photographes madame veuve Caluyer s’intéressait beaucoup au spiritisme. Au début des années vingt, elle vivait à Rambouillet (Yvelines) chez sa fille unique qui avait épousé Charles Bourse, un teinturier dont elle avait eu deux filles. Début novembre 1923, de retour à Rambouillet après quelques jours d’absence, Charles Bourse et sa femme constatèrent que leur fille aînée, Marie-Thérèse, alors âgée de 16 ans, avait disparu. Elle s’était enfuie avec sa grand-mère. En février 1924, Marie-Thérèse Bourse n’ayant toujours pas réintégré le domicile familial, ses parents déposèrent une plainte contre Mme veuve Caluyer pour séquestration de mineure.

source : Portrait Sépia

Posté par pins59 à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2016

Cambrai - Binet Leroy

  • BINET LEROY - Cambrai
  • Actif vers 1880/1890
  • Adresse : 16 Rue Saint Gery puis 11 Rue de la Clochette et 4 Rue Saint Martin

Epson_20032016164103

Epson_20032016163945

 

Posté par pins59 à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juil. 2015

Caudry - H. REGNIER

  • H. REGNIER
  • Adresse : 16 Rue de Saint Quentin
  • Début Activité vers 1890

EPSON041

Posté par pins59 à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2012

Le Cateau - Dawint

  • J. DAWINT - Le Cateau
  • Début Activité : 1890
  • Adresse : 15 Grand Place

img106 img098


 

Posté par pins59 à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 févr. 2012

Le Cateau - Jacque

  • Léon JACQUE - Le Cateau Cambrésie (Sa veuve poursuit son activité a sa mort)
  • Enseigne : Photographie du Nord
  • Début Activité : 1870
  • Adresse Le Cateau : 12 Rue du Marechal Mortier / 15 Grande Place
  • Adresse St Quantin : 24 Grande Place

img884 img876


 

Posté par pins59 à 22:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 août 2011

Cambrai - Soyez

  • E. SOYEZ - Cambrai
  • Début Activité : 1890
  • Adresse : 18 Rue Sainte Elisabeth - 14 Place d' Armes

img569 img561 


Posté par pins59 à 08:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avr. 2011

Cambrai - Pierre Petit

  • Pierre PETIT - Cambrai
  • Début Activité : 1864
  • Adresse : 27 Rue de La Herse puis 15 Rue de la Porte Robert vers 1880
  • Succursale de la Maison Pierre Petit de Paris

img201 img200 

img420 img413

img711 img703

img570 img562


Posté par pins59 à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]