L' Atelier des photographes du XIX siecle

16 juin 2018

Niort - Vincent Richard Dagens

  • Vincent Richard DAGENS - Niort
  • Date de début d'activité : 1900
  • Adresse : 34 rue du 24 Février

Né au Haillan (Gironde) le 31 mars 1867, Vincent Richard Dagens est d'abord jardinier. Il se forme au métier de photographe dans la capitale. Plus tard, au dos de ses portraits, il se présentera comme "Ex-Opérateur des Premières Maisons de Paris". Le lieu et la date de son union avec Henriette Suzanne Sagnes (1874-?) ne sont pas connus. En octobre 1897, Vincent Dagens est domicilié 63, rue Saint-Martin à  Cognac (Charente) où sa femme sera photographe quelques années sous le nom de Mme Dagens. En 1901, le couple s'installe à  Niort (Deux-Sèvres) et ouvre un atelier 37, rue du 24-Février sous l'enseigne D. Richard. Ils sont recensés à  cette adresse en 1906.

Epson_16062018143214 

Epson_16062018143113

Posté par pins59 à 22:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 mai 2018

Douai - Emile GUILLOT

  • Emile GUILLOT - Douai (Nord)
  • Enseigne : Photographie Parisienne
  • Date de début d'activité : 1885
  • Adresse : 36 Rue du Canteleux

Epson_12052018195807

Epson_12052018195857

Posté par pins59 à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Aniche - Paul Laurant

  • Paul LAURANT - Aniche

801_002

Epson_12052018194758

Posté par pins59 à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Raismes (Nord) - Lobet

  • Werner LOBET - Raismes (Nord)
  • Adresse : 20 Rue d' Alsace
  • Photographe et Horloger

Epson_12052018194600

Epson_12052018194654

Posté par pins59 à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Valenciennes - L' Honneur

  • L' Honneur - Valenciennes
  • Adresse : 41 Rue Saint Géry

TORRÈSE Emmanuel Appollinaire Victor - né à Naples le 28/12/1879 - Profession photographe, il épouse à Valenciennes le 28/12/1912 L'HONNEUR Renée Marie Charlotte né à Cherbourg  

Epson_12052018194507

Posté par pins59 à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Anzin - Adrien Beck

  • Jean Adrien BECK - Anzin (Nord) Né le 22 août 1857 à Paris - Marié le 29 mai 1882 à Anzin avec Désirée Julia BARRE 1864-1906
  • Date de début d'activité : 1880
  • Adresse : 43 Rue Saint Amand
  • Associé à Delsart
  • Son fils Adrien BECK Né le 11 novembre 1883 - Anzin sera aussi Photographe vers 1912 , tué à l' ennemi le 12 octobre 1914 à Bagatelle (51) du 91e R.I - Monument aux morts d' Anzin

Epson_12052018194310

Epson_12052018194853 Epson_12052018194953

Epson_12052018195950 Epson_12052018200036

Epson_12052018195108 Epson_12052018195205

Posté par pins59 à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2018

Courrières - Henri GOURLET

  • Henri Augustin GOURLET - Courrières Né le 30 janvier 1877 (mardi) - Courrières, Pas-de-Calais et Décédé le 9 août 1967 (mercredi) - Orchies, Nord, à l’âge de 90 ans
  • Artiste peintre - Photographe

Epson_09052018172722

Posté par pins59 à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Péronne - Edouard Souillard

  • Edouard SOUILLARD - Péronne (Somme) 

Jean Baptiste Alphonse Edouard Souillard - Né le 8 septembre 1856 - Arvillers, Somme, Picardie et Décédé le 18 février 1925 - Péronne, à l’âge de 68 ans - classe 1909, matricule n° 424, Bureau de recrutement de Péronne

Photographe, éditeur de cartes postales. Sa production, considérable, contribua à la renommée de la ville de Péronne. Remarqué par le Président du Conseil Jules Méline en 1897 lors d'une cérémonie à Péronne, il fut invité à accompagner l'homme politique lors d'un voyage officiel en Russie en août de la même année.

  • Date de début d'activité : 1890
  • Adresse: 39 Grand Place puis 55 Rue Saint Fursy / 35 Rue de Naviages
  • Atelier temporaire à Nesle chez Mr Edmond Richard le Vendredi / Mercredi un moment itinérant
  • telephone à disposition.

Édouard Souillard, un photographe professionnel, qui a vécu la Première Guerre mondiale. Son travail était si représentatif de la ville de Péronne que les Allemands, lorsqu’ils ont pillé certains magasins, ont récupéré les négatifs du photographe pour en tirer des cartes postales, qu’ils envoyaient à leurs proches restés en Allemagne. 

Le photographe Édouard Souillard, lui, est réquisitionné par les autorités allemandes : il doit les photographier pendant leurs manœuvres, leurs défilés. Il immortalise aussi la visite du roi Louis III de Bavière, le 6 février 1915. Ce jour-là, des bannières bleues et blanches, aux couleurs de la Bavière, ornent Péronne. Certaines n’ont pas tout à fait la bonne nuance de bleu : il s’agit de drapeaux des anciens combattants de 1870, que les Allemands ont récupérés. Ils en ont arraché le rouge avant de les suspendre en ville comme des trophées.

Son fils Marcel Alfred Edouard SOUILLARD reprendra la suite de son père
Né le 16 janvier 1889 - Péronne, Somme
Décédé le 16 novembre 1972 - Péronne, à l’âge de 83 ans

 Epson_09052018172822

Epson_09052018172914

Posté par pins59 à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mai 2018

Sainte Catherine les Arras - Joseph Quentin

Joseph Philibert Quentin

D’abord cordonnier puis “naturaliste-préparateur”, Joseph Quentin, né dans une modeste famille de Neuville-Saint-Vaast le 22 décembre 1857, se déclare photographe en 1894. Ses premiers clichés datent de 1891. Il devient, la même année, photographe officiel de la préfecture.

Arras le connaît pour ses clichés des monuments de la ville et pour son reportage sur le démantèlement des fortifications. La médiathèque conserve d'ailleurs quatre albums.

Lens le connaît pour ses remarquables photographies du fond de la mine. Photographe officiel des Houillères de Lens, Béthune et de Marles, il fixe des scènes de vie quotidienne des mineurs qui susciteront l’enthousiasme à l’Exposition universelle de Paris en 1900.

Joseph Quentin fonde, en 1900, la section arrageoise de l’Union photographique du Pas-de-Calais.

S’il fuit la Grande Guerre avec sa famille et s’installe à Paris, le photographe revient à Arras en février 1918 et au printemps 1919 pour livrer un reportage saisissant sur les destructions inouïes de la ville.

Article de La Voix du Nord - 22/12/2013

Né dans une famille de carriers de l’Artois, tour à tour violoniste, taxidermiste, cordonnier, Joseph Quentin est un autodidacte, étonnant touche-à-tout. Mais c’est la photographie qui va faire de lui une figure de son temps. Une profession qu’il embrasse au tout début des années 1890 avec un sujet de prédilection inédit en son temps…

C’est l’histoire d’un homme de la terre. De la terre d’Artois. Ses ancêtres arrachaient à cette dernière des blocs de craie blanche. Ses contemporains en sortaient des tonnes de charbon. Une vie entre noir et blanc. Comme les photos qui le rendront célèbre.

Joseph Quentin a une âme d’artiste. Adolescent, il apprend seul le violon et anime les noces et bals musette de l’Arrageois. Son temps libre, il le consacre à l’observation des oiseaux. Loin, très loin des attentes de son oncle adoptif qui l’aurait bien vu reprendre la boucherie familiale de Neuville-Saint-Vaast.

Joseph, habile de ses mains, devient finalement cordonnier. Mais le jeune homme a d’autres ambitions. Son dada, c’est de redonner vie aux choses. Y compris artificiellement. De cordonnier, il devient taxidermiste. Chasseur, il empaille à tour de bras les animaux qu’il abat. C’est de cette activité qu’il fait vivre sa petite famille, installée à Arras en 1885.

Fixer la vie, fixer l’instant… Joseph Quentin ne pouvait que céder à la passion de la photographie.

Autodidacte, il investit dans du matériel de prise de vue. Et il se met à arpenter son Arrageois natal, saisissant sur des milliers de plaques de verre la vie rurale, puis la croissance des villes. Son travail sur la démolition des remparts d’Arras le fait remarquer du préfet, qui en fait son photographe officiel. S’il poursuit son travail sur la ruralité, Quentin est de toutes les mondanités.

Bel homme, à l’âme d’artiste, il fait chavirer les cœurs. Son destin manque de basculer en septembre 1895 lorsqu’un vicomte jaloux lui tire dessus au pistolet. Un cadre qu’il portait contre lui lui sauve la vie. Blessé, le photographe séducteur se remet. Et pardonne. Cet événement a-t-il eu une influence sur ses choix de sujets ? Toujours est-il que Joseph Quentin va s’intéresser à un tout autre domaine que la vie des champs, les réceptions du préfet et les femmes en déshabillé dont il négocie les portraits auprès de revues parisiennes…

En 1898, il se fait embaucher par la Compagnie des mines de Lens. Les compagnies de Marles et de Béthune le recrutent dans la foulée.

Coup de flash au fond du puits
Photographe officiel pour ces entreprises, Quentin commence par immortaliser les bâtiments extérieurs : chevalets, ateliers, magasins. Travaillant sur commande, il est aussi de tous les banquets organisés par les directions des compagnies et, pour leur compte, fixe pour l’éternité leurs œuvres sociales.

Mais Joseph Quentin va franchir un pas que ses contemporains n’avaient pas osé : il est le tout premier à descendre au fond de la mine avec son matériel pour aller saisir des instants de vie souterraine alors complètement inédits.

À coups de flash au magnésium, il est le premier à magnifier, à exalter le métier de mineur. Son travail ne transpire pas la sueur, la misère, les dangers que courent les gueules noires. Il n’empêche que son œuvre suscite l’enthousiasme du public.

À tel point qu’il présente ses clichés à l’Exposition universelle de Paris, en 1900. Photographe consacré, Quentin poursuivra son activité quasiment jusqu’à sa mort, en 1946, léguant à la postérité un témoignage unique sur son époque. C’est ce témoignage que le Centre historique minier de Lewarde propose de découvrir jusqu’au 31 décembre, au Colisée de Lens.

Epson_05052018161544

Epson_05052018161727

Posté par pins59 à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avr. 2018

La Madeleine - Elie Rozet

  • Elie ROZET - La Madeleine (Nord)
  • Date de début d'activité : 1894/1899
  • Adresse : 59 Rue Faidherbe

Epson_29042018123713

Epson_29042018123836

Posté par pins59 à 16:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Valenciennes - Moreau

  • MOREAU - Valenciennes
  • Date de début d'activité : 1885/1887
  • Adresse : 3 Place d' Armes
  • Associé avec Quequin à Valenciennes 

Epson_29042018123415

Epson_29042018123521

Posté par pins59 à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avr. 2018

Paris - Bayard et Bertall

  • Hyppolite Bayard et Bertall  (actif vers 1860-1866)
  • Date de début d'activité : 1839
  • Adresse : 15 Bis Rue de la Madeleine 

Bertall (Charles Constant Albert Nicolas d'Arnoux de Limoges Saint-Saëns dit Bertall, né le 18 décembre 1820 à Paris et mort le 24 mars 1882 à Soyons, est un illustrateur, caricaturiste et graveur français.)Pionnier de la photographie, il collabore avec Hippolyte Bayard dès 1855, ouvrant ensuite avec lui l'atelier de photographie Bayard et Bertall (au 15 bis rue de la Madeleine, Paris), au début des années 1860 et jusqu'en 1865. Puis installé à son compte en 1866, il devient un portraitiste à succès.

Bayard (Breteuil-sur-Noye, 20 janvier 1801 - Nemours, 14 mai 1887) est un pionnier de la photographie, inventeur et artiste. 

Epson_21042018115547

Epson_21042018115811

Posté par pins59 à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avr. 2018

Paimpol - Constant Le Merle

  • Constant Le Merle - Paimpol
    Date de début d'activité : 1895
    Adresse à Vannes : 4 Rue Saint Nicolas puis 19 Place de l' Hotel de Ville
    Adresse à Paimpol : rue de Ploubazlanec
    Constant Joseph Louis Isidore Le Merle est né le 21 juillet 1876 à  Vannes (Morbihan). Il est le fils d'Auguste Constant Le Merle (1840-1908) sculpteur. En 1895, ce dernier reprend à  Paimpol (Côtes d'Armor) l'atelier de photographie de Moizan. Le père et le fils travaillent ensemble même si Constant Joseph était sans doute le plus qualifié des deux. En 1900, il s'installe à  Vannes. Situé rue Saint-Nicolas, son atelier de photographie sera ensuite transféré au 19, place de l'Hôtel de ville. Après le décès de son père, il revient à  Paimpol et reprend les rênes de l'atelier de la rue de Ploubazlanec où il est recensé en 1911. Mobilisé en février 1915, il se retire à  Paimpol en février 1919. (source portrait Sépia)

Epson_15042018120102

Epson_15042018120625

 

FRAD022_01R1095_SB_RM_1896_0455 - Copie

 



Posté par pins59 à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Armentières - D Goethals

  • D GOETHALS - Armentieres Nord
  • Date de début d'activité : vers 1881
  • Adresse à Lille : 7 place Saint Martin
  • Adresse à Armentières :  28 Rue des Jésuites à partir de 1884

Epson_15042018120318

Epson_15042018120425

Epson_15042018120520

Posté par pins59 à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Cambrai - Cazé

  • Hyppolite CAZE (1825-1890) - Cambrai
  • Début Activité : 
  • Adresse : 17 Rues des Liniers
  • Peintre et Photographe
  • Vend à CALUYER vers 1880

Fils d’un cultivateur, Thomas Hyacinthe Cazé est né le 29 juillet 1825 à Sorel-le-Grand (Somme). Il est possible que sa carrière de photographe à Cambrai (Nord) ait débuté durant les première années 1860. Cazé est lié à la famille Caluyer. A une date inconnue, il épousera Uranie Augustine Courchelle qui était veuve d’Hippolyte Joseph Caluyer père (1821-1852), daguerréotypiste itinérant. En tant que photographe, il utilisera le procédé de photominiature d’Hippolyte Joseph Caluyer fils (1847-1893). Ce dernier lui succèdera après 1884 dans l’atelier du 17, rue des Liniers. Cazé ne s’est pas contenté d’être le principal photographe portraitiste cambraisien du Second Empire, on lui doit aussi des vues et monuments de sa ville. Rentier, il est décédé le 6 avril 1890, deux semaines avant son épouse.

 

  • Hyppolite Joseph CALUYER - Cambrai (Peintre photographe, décédé le 08 novembre 1893)
  • Début Activité : 1875
  • Adresse : 17 Rue des Liniers puis 11 Rue Porte Robert
  • Sa veuve exploite lui succède quelques temps vers 1895
  • Membre de la SFP (entré en 1879, sorti en 1885) / Membre de la Société d' Emulation de Cambrai entré le 26 Octobre 1887.
  • Vend à Joseph Bastien
  • Joseph BASTIEN (avec Pegot vers 1897)
  • Début Activité : 1889
  • Enseigne : Photographie Caluyer
  • Adresse : 11 Rue Porte Robert / Rue de l' Ecu de France

img434 img431

img433 img425

img713 img705

 

Epson_15042018121008

Epson_15042018121058

img272

img266 

Epson_27082016141636

Epson_27082016141802

EPSON042

DISCOURS NÉCROLOGIQUE PRONONCÉ 

Hippolyte Caluyer, que nous avons la douleur 
d'accompagner aujourd'hui au champ du repos, fut 
membre de la Société d'Emulation et de la Commission 
de l'Ecole de dessin. C'est au nom de ses collègues et 
amis que je vais adresser un suprême adieu au vaillant 
artiste qu'une mort prématurée vient d'arracher à 
l'amour des siens et à l'affection de ses nombreux amis. 

Arrivé encore enfant à Cambrai, il fit d'excellentes 
études à l'institution de M. Bédorez, et se fit bientôt 
remarquer par d'heureuses dispositions pour les arts du 
dessin. Il suivit avec de brillants succès les cours de 
notre école communale,  il puisa les premières notions 
d'un art qu'il devait porter au plus haut degré de 
perfection. Peu après, clans un discours de distribution 
de prix, son professeur, M. Berger, déclarait que ce 
jeune sujet pouvait déjà lutter avec les plus anciens et 
les meilleurs élèves. 

Pendant la guerre de 1870 il fut incorporé dans la 
garde nationale mobilisée de Cambrai, qui, réunie aux 
bataillons du Caleau et d'Avcsnes, forma le 46e 
régiment mobile. Nommé sous-lieutenant, il assista, 
sous le commandement suprême du général Faidherbe, 
aux batailles de Pont-Noyelles, Bapaume et St-Quentin, 
 il fit bravement son devoir.
 
Il travailla ensuite quelques années avec ses parents, 
suivant toutes les expositions pour comparer ses essais 
avec les oeuvres des maîtres, et s'efforçant d'atteindre 
leur perfection. En 1875, il reprit à son compte l'atelier 
de photographie dont la réputation ne cessa de grandir, 
et lui acquit bientôt une grande notoriété et une clientèle 
d'élite. Ses efforts continus, son goût artistique, le soin 
apporté à toutes ses oeuvres le firent connaître et 
apprécier du monde des arts,et à la grande exposition de 
photographie, qui eut lieu en 1886 à Douai, ses collègues 
lui décernèrent au concours la plus haute récompense, 
un diplôme d'honneur. 

Cette supériorité d'exécution, si hautement reconnue, 
le fit choisir pour reproduire par la photographie dans 
un ouvrage de Paléographie musicale publié sous les 
auspices du Ministre des Beaux-Arts, des manuscrits 
très anciens de Plain-Cliant, dont l'état de vestusté et 
les textes frustes à peine visibles rendaient la lecture 
difficile. Il sut cependant faire ressortir ces caractères 
rongés par le temps et mériter les félicitations des 
éditeurs. 

Monsieur d'Havrincourt le chargea ensuite de 
l'illustration d'un grand ouvrage sur L'histoire et la 
généalogie de sa famille. De cette collaboration est sorti 
un livre entièrement remarquable dont nous avons pu 
apprécier le texte érudit et les planches artistiques dans 
le bel exemplaire que M. Caluyer a offert à la 
Bibliothèque de la Société. 

Dans ces dernières années, la chimie fit faire à la 
photographie des progrès rapides ; des méthodes toutes 
nouvelles furent appliquées. Caluyer fit de nombreux 
voyages pour se tenir au courant de la science, et c'est
à la suite d'études nouvelles qu'il employa le procédé dit 
au charbon, le seul durable, qui permet de soustraire 
aux efforts du temps, le souvenir de ceux qui nous sont 
chers. 11 sut vaincre les difficultés sans nombre de cette- 
méthode difficile, et devint un maître en obtenant des 
épreuves d'une vigueur et d'une netteté que les procédés 
ordinaires ne peuvent imiter et qu'aucun de ses 
confrères ne put surpasser. D'ailleurs jamais rien de 
médiocre ne sortit de son atelier. Il tenait avant tout à 
sa réputation d'artiste, et au besoin multipliait les 
clichés jusqu'à complète satisfaction. 

Ses succès à l'Ecole de dessin, la nature de ses 
occupations, ses aspirations artistiques le désignèrent au 
choix de la Municipalité, et au mois de juillet 1882 il fut 
nommé membre de la Commission de l'Ecole de dessin. 
Sa compétence, le zèle qu'il montra dans l'exercice de 
ses fonctions, le dévouement dont il fit preuve, lui 
valurent, à la réorganisation de l'école en novembre 
1890, le titre de délégué de l'inspection de l'ensei- 
gnement du dessin. 

En octobre 1887, la Société d'Emulation fut heureuse 
de posséder parmi ses membres cet artiste de talent. 
Il ne tarda pas à y marquer sa place par sa haute 
compétence dans toutes les questions d'art et son 
empressement a enrichir les Mémoires de magnifiques 
reproductions de monuments de Cambrai, parmi 
lesquels nous noterons particulièrement le jubé et les 
bas-reliefs du choeur de l'Eglise St-Géry. Aussi quand 
il s'agit de la publication de l'ouvrage « Souvenir des 
Fortifications de Cambrai » entreprise sous les auspices 
de la Société, ses collègues n'hésitèrent pas à lui 
en confier l'illustration.
 
Quoique déjà très souffrant, Caluyer se mit cou- 
rageusement à l'oeuvre, et excité peut-être par le 
pressentiment qu'elle devait être le digne couronnement, 
de sa carrière, il s'efforça d'achever ce travail. Tous les 
clichés sont terminés et plus de la moitié sont reproduits 
par la phototypie. La mort est venue le surprendre 
comme son collègue et ami M. Durieux, avant qu'il 
n'ait pu voir le succès de l'oeuvre. Pour lui, je puis 
répéter encore qu'il est mort sur la brèche, mettant au 
service de sa ville d'adoption toutes ses forces, son 
âme entière jusqu'à son dernier souffle. 

Par cette oeuvre, sa mémoire survivra chez nos 
enfants pour lesquels il aura contribué à conserver un 
souvenir durable de la vieille forteresse, appelée en 
grande partie à disparaître. Elle leur rappellera l'état 
actuel des morceaux qui seront conservés et leurs 
abords anciens avant qu'ils ne soient isolés de l'enceinte 
continue. 

Son ardeur au travail, sa constante préoccupation de 
bien faire, affaiblirent sa santé sans le décider à modérer 
ses efforts. Malgré les soins dévoués de la digne 
compagne de sa vie,sa collaboratrice,la mort impitoyable 
est venue l'arracher à la dignité modeste d'un foyer  
il donnait l'exemple de toutes les vertus domestiques 

Vous savez tous combien il était charitable, bon, 
affable, toujours prêt à rendre service. Puisse l'hommage 
rendu à cet homme de bien par les nombreux amis qui 
l'accompagnent aujourd'hui à sa dernière demeure, 
apporter un soulagement à l'immense douleur de son 
épouse et de leur unique enfant. 

Au nom de la Société d'Emulation.

Hippolyte Joseph CALUYER Père (1821-1852)

Daguerréotypiste itinérant
Fils d’un marchand, Hippolyte Joseph Caluyer est né le 13 avril 1821 à Oisy-le-Verger (Pas-de-Calais). Dans les années 1840, il vit à Paris où naîtra, le 16 avril 1847, son fils, prénommé comme lui Hippolyte Joseph, qui sera photographe à Cambrai (Nord). On sait peu de choses de la carrière de daguerréotypiste itinérant du père. Deux daguerréotypes signés de lui ont été conservés et sont visibles sur Internet. L’un est un beau portrait de l’auteur Henrik Tollens (1780-1856) ; l’autre, fait en extérieur, représente un groupe de dix personnes, sans doute une famille. Sur l’étiquette collée au dos, Hippolyte Caluyer précise qu’il est aussi peintre en miniature -sans doute son métier initial- ; qu’il donne des leçons de Daguerre et que la ressemblance de ses portraits est \"infaillible\". Rhétorique habituelle aux diffuseurs du daguerréotype en province. On sait aussi que son nom est associé à Hermann Bückmann(1820-1884), photographe hollandais.

\"Peintre en daguerréotype ambulant\", Hippolyte Joseph Caluyer est décédé le 11 juillet 1852 à Douvrin (Pas-de-Calais) où il était de passage, étant domicilié de fait à Paris. Sa veuve, Uranie Augustine Courchelle, épousera en secondes noces Thomas Hyacinthe Cazé (1825-1890) ; sans doute s’agit-il du H. Cazé, photographe à Cambrai durant les années 1870 dont le successeur sera Hippolyte Joseph Caluyer fils.

 

Hippolyte Joseph CALUYER Fils 

Hippolyte Joseph Caluyer est né le 16 avril 1847 à Paris. il est le fils d’Hippolyte Joseph Caluyer (1821-1852) peintre en miniature et daguerréotypiste itinérant et de Uranie Augustine Courchelle. Le jeune Hippolyte n’a que cinq ans quand son père décède à Douvrin (Pas-de-Calais) où il était de passage. C’est sans doute peu après que sa veuve quitte la capitale et s’installe à Cambrai (Nord). Là, son fils va se faire remarquer à l’école par ses dons pour le dessin. Son père avait pratiqué le daguerréotype ; lui va s’intéresser à la photographie. Durant les années 1870, l’un des photographes cambraisiens qui a pignon sur rue est H. Cazé, sans doute Thomas Hyacinthe Cazé ((1825-1890) qui sera le second mari d’Uranie Courchelle. Au dos de ses photos, Cazé précise que pour ses photos miniatures, il emploie le procédé mis au point par Hippolyte Caluyer. Ce dernier lui aurait succédé après 1882 dans l’atelier situé 11, rue Porte Robert. Photographe de talent et personnalité locale, Hippolyte Joseph Caluyer a été membre de la Société française de photographie de 1879 à 1885 et membre de la Société d’émulation de Cambrai à partir de 1887. Il est décédé le 8 novembre 1893. Sa veuve, née Cléophine Amicie Stella Delacourt (1860-1946), poursuivra l’activité quelque temps avant de céder le fonds de commerce à Joseph Bastien. Comme d’autres photographes madame veuve Caluyer s’intéressait beaucoup au spiritisme. Au début des années vingt, elle vivait à Rambouillet (Yvelines) chez sa fille unique qui avait épousé Charles Bourse, un teinturier dont elle avait eu deux filles. Début novembre 1923, de retour à Rambouillet après quelques jours d’absence, Charles Bourse et sa femme constatèrent que leur fille aînée, Marie-Thérèse, alors âgée de 16 ans, avait disparu. Elle s’était enfuie avec sa grand-mère. En février 1924, Marie-Thérèse Bourse n’ayant toujours pas réintégré le domicile familial, ses parents déposèrent une plainte contre Mme veuve Caluyer pour séquestration de mineure.

source : Portrait Sépia

Posté par pins59 à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Eugène Carpot Calais

  • Eugene CARPOT MARELLE - Photographe à Calais - St Pierre (Administrateur et Secretaire du musée de Calais)
  • Début activité en 1869 - 1914
  • Adresse : 83 rue des Fontinettes
  • Vend à E. VANPOULLE et exerce au 23 Rue des Fontinettes (Atelier à Merville dept Nord - 17 Rue THiers)

Les 2 villes de Calais et St Pierre ont fusionné par la loi parue au journal officiel de 30 Janvier 1885 avec de nouvelles élections municipales le 22 Février 1885. Séparé depuis 1790 les 2 villes ont retrouvé le cours normal de leur histoire commune. Le préfet du Pas de Calais ayant commencé par une lettre du 7 Février 1882 la demande de rapprochement. Cela nous permet de dater approximativement la Cdv antérieure à 1885 ( a moins que le photographe a continué d' écouler ses stocks de dos de carte apres la fusion officielle )   

img860 img893

img456 img860

img858 img890

img851 img852

 img855

img434 img257

img475  img476 

 img716

carpot_3 

carpot_1

067_001

En 1947/49, Ernest Joachim Pierre Vampoulle exerce encore au 23 Rue des Fontinettes grace à ce relevé de l' annuaire Ravet Anceau.

  • Né le 14 juin 1890 - Merville,Nord
  • Décédé le 6 novembre 1972 - Merville,Nord à l’âge de 82 ans
  • Marié le 11 novembre 1918, Calais,Pas de Calais avec Marie WEYMEESCH 1893-1975

vampoulle

 

Epson_15042018120821

Epson_15042018120914


Posté par pins59 à 16:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avr. 2018

Un Caniche - Photographe Anonyme

  • un Caniche qui prend la pose......

Epson_07042018174945

Posté par pins59 à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 avr. 2018

Reims - Les fonds Strohm & Diblik

Par Daniel Tant, paru dans le bulletin Champagne Généalogie n°135 – 2e semestre 2012
Archives Municipales de Reims

http://documentation-ra.com/2018/03/21/fonds-strohm-diblik/

En 1886, M. Courleux crée un studio photographique au 32 rue du Faubourg Cérès devenu le 42 de l’avenue Jean-Jaurès et loue à la société Wamier-David. Nous n’avons que peu de renseignements sur son activité sinon qu’il y loge avec son beau-frère, Christian Strohm qui lui rachète le fond en 1903.

L’immeuble est composé au rez-de-chaussée d’un atelier de 9m X 4m, un salon, un grand chartil, un petit jardin, une buanderie, un petit laboratoire et des W.C. Au premier étage : 4 belles chambres à coucher, un petit cabinet de débarras, 3 petites pièces pour des labos photos. Sans oublier un grenier, 3 mansardes et deux caves. Dans le premier quart du vingtième siècle, la maison bénéficie de l’eau et l’électricité. Le gaz est en cours d’installation. Son bail sur vingt ans est de 4500 f.

Jacques Christian Strohm von Dürrheim naît à Schwenningen dans le Wurtemberg le 8 août 1872. En 1900 il rend visite à sa demi-sœur Joséphine Courleux à Reims. Joséphine est l’épouse de Victor Courleux. Tous deux viennent de perdre leur fils unique.

Christian Strohm reste près d’eux à Reims et peu à peu se perfectionne auprès de son beau-&ère dans l’art de la photographie.

En 1902, il fait une demande de séjour en France avec option de naturalisation qu’il obtient le 15 mars 1904 sous le noms de Christian Strohm.

Jusqu’au décès de Victor Courleux, il laissera le nom de ce dernier sur l’enseigne du magasin : « Photographie Courleux succ. Ch. Strolun ». L’enseigne portera ensuite l’inscription « Strohm, succ, de V, Courleux ». En 1919 le nom Strohm figurera seul.

Pendant la Grande Guerre il est mobilisé au 8e escadron du train des équipages en région parisienne.

A son retour à Reims en 1919 il s’installe au 2 rue Bonhomme pendant les travaux de réhabilitation de sa maison.

Énergique et entreprenant, il développe entre 1905 et 1910 considérablement l’activité de son commerce : il perfectionne la photographie d’art, promeut la photographie populaire, vend des articles pour photographes amateurs et couvre différents évènements à Reims et dans les alentours (carnaval en 1908, collège des athlètes au parc Pommery,…}.

Pour le seconder, il engage du personnel. Ses employés seront au nombre de 6 en 1921. En 1924, Christian Strohm emploie un premier tireur à 640 fr par mois, un second à 400 f, une demoiselle de magasin (blessée de guerre) à 360 f, un garçon de 14 ans, une femme de ménage, une petite retoucheuse en ville et une retoucheuse à Paris.

Mais la même année, il décide de se retirer. Son épouse est malade depuis 3 ans, et lui à 51 ans, n’ayant jamais arrêté de travailler depuis 1903, « est plus que fatigué« , d’autant qu’il a un fils de 15 ans. 11 entre en contact avec 9 acheteurs potentiels. Pour le fond il demande 90 000 frs, marchandise en plus, mais au moins 50 000 frs d’acompte. La tractation est difficile car il a appris, le 2 février, que son immeuble est frappé d’alignement. Mais il se veut rassurant en prétendant « qu’il y sera appliqué que dans 5 à 6 ans..-« . Il écrit même, le 30 septembre que « notre alignement, c’est remis aux calendes grecques » et que la société Warnier- 

David, eu sa qualité de propriétaire de l’immeuble, s’engage à ce que les travaux puissent continuer sans interruption, et qu’il garantit de ne jamais changer de place (en face de l’église Saint- André) et de fournir un logement équivalent. Les arguments de vente ne manquent pas : il est « prêt à faire un sacrifice pour un jeune homme sérieux, qui aurait un avenir magnifique car Reims embellit à vue d’œil Nous n’avons pas de concurrent sur tout un rayon d’à peu près trois km et la population est très forte…« …  » Notre maison 4 boulevard Gerbert n’étant pas louée encore, il nous serait facile de vous laisser la place libre.« …  » Nous ne voudrions jamais faire de la dissimulation, c’est trop scabreux et puis nous ne voudrions pas être malhonnêtes, cela porte malheur… »

Finalement, en fin septembre 1924 il trouve un acquéreur. Le 25 il écrit à Jean Diblick (sic). 7bis rue de la Bienfaisance à Vincennes. Un peu plus tard, il écrit à ce même M. Dilibik (sic)… C’est d’autant plus cocasse que lui-même, le 9 mars, a retourné des caries de visite en se plaignant que son nom « y était orthographié Krohm et non Strohm ».

Le 19 novembre, il annonce à Jean Diblik, que le propriétaire refuse de prolonger le bail de 4 ans. Il ne « sera donc que de vingt ans. C’est déjà bien joli« , Puis il rappelle aux établissements Warnier-David, que « monsieur A. Warnier m’avait promis verbalement qu’avec l’augmentation du prix du bail nouveau, l’on me ferait monter un atelier de pose au-dessus de l’autre..« , Finalement, le 24 novembre : il écrit à m. Diblik pour lui annoncer que « nous pourrions traiter quand même avant d’en être en possession (du bail) car, même au cas où il ne vous conviendrait pas, vous pourriez toujours vous servir du mien, vu que j’ai le droit de céder d’après une des clauses indiquées dessus…

Le 27 novembre, un projet de bail est adressé à jean Diblik, pour la période du 24 décembre 1924 jusqu’au 24 juin 1945. Cette fois, c’est au locataire de débattre de ses intérêts avec le juge d’expropriation. « Ils souffriront les grosses réparations et même les reconstructions, s’il y a lieu, qui pourront devenir nécessaires.. Ils ne pourront réclamer aucune indemnité ni diminution de loyer si les travaux dépassent 40 jours… » « Etant rappelé que l’immeuble est frappé d’expropriation les preneurs, pendant toute la durée du bail ne pourront exiger des bailleurs d’aulres réparations que celles de la toiture, et ils feront à leurs frais les travaux d’entretien, d’appropriation et d’embellissement qu’ils jugeront nécessaires.

Enfin, le 19 décembre 1924, Christian Strohm écrit à monsieur le Curé :  » Nous avons bien pire que la maladie du sommeil, bien pire que la grippe, aussi pire que d’hérité d’un million, nous avons déménagé ‘!! nous avons un successeur qui prend possession demain !!! …notre remplaçant qui d’ailleurs étant depuis 15 ans dans la partie el sa femme depuis 5 ans, est aussi bien ei peut-être mieux que nous à la coule de la photo… « .

Le 27 décembre, Jean Diblik signe sa première lettre commerciale.

Après la vente de son magasin, Christian Stohm continuera, mais à titre privé, son métier de photographe, faisant des portraits, couvrant les évènements familiaux de sa famille, de ses amis, Émile Vogt docteur en pharmacie ou Mr. Fresson grand-père du comédien Bernard Fresson, ou encore C. Heidsieck, plusieurs chanoines et prêtres.

A partir de 1926 il achète une maison avec jardin dans le quartier Sainte- Anne et se consacre aussi beaucoup à ce quartier.

De père protestant et de mère catholique, il optera pour la religion de sa mère et sera un catholique fervent. Il participe activement à la vie du diocèse de Reims, côtoie les cardinaux Luçon et Suhard, est porteur de la châsse des reliques de saint Remi jusqu’en 1948.

Il décède en novembre 1949.

Dans le fonds 29 W 167, nous trouvons sous le numéro 5707 le permis de construire de l’immeuble sis au 42 avenue Jean Jaurès. Le propriétaire est toujours la société Warnier-David et l’architecte se nomme François Maille. Déposé le 27 juillet 1927, il concerne la construction d’un magasin, d’une garage et d’une habitation.

Sur le plan de la façade, l’architecte a écrit sur la porte du magasin, le nom de « Diblic » Depuis 1981, l’atelier de Jean Diblik était resté en l’état, le matériel, les produits, la publicité, les photos se couvrant de poussière.

Après de longues tractations, M. Jean Diblik (le fils) signe le 23 octobre 2003, une donation d’un ensemble de clichés photographiques sur plaques de verre et sur films, ainsi que des dossiers et objets divers provenant de son père, photographe ayant exercé à Reims entre 1924 et 1981.

L’ensemble se compose de 87 000 clichés de différentes dimensions, de nombreux registres, répertoires, et articles divers.
Le déménagement a duré près d’une semaine !.

Jean Diblik est né à Bmo en Théchoslovaquie en 1890, Ce Tchèque est devenu Français après avoir servi notre drapeau dans la Légion étrangère pendant la Première Guerre mondiale. En achetant le fonds Strohm, il a récupéré les plaques photographiques de son prédécesseur, d’où la séparation en deux fonds distincts : Strohm et Diblik. Il nous manque cependant, pour le fonds Diblik, les livres de poses correspondant à la Seconde Guerre mondiale car ils ont été saisis pendant l’occupation.

Jean Diblik est décédé en 1981.

Dans le fonds 16S des Archives municipales et communautaires de Reims, 6 rue Robert Fulton, une partie des clichés est constituée essentiellement de portraits.

Les informations qui figurent dans les livres de pose : numéro de cliché, date, nom et adresse de la personne ayant passé la commande, apportent des informations précieuses, car très souvent la personne qui a laissé son adresse est celle ayant été photographiée.

Nous vous proposons l’accès à une liste des patronymes recensés, entre 1906 et 1924 (fonds Strohm), et entre 1924 et 1960 (fonds Diblik) grâce au lien suivant : http://www.reims.fr/714/fonds-prives.htm

Bibliographie : Informations extraites du registre 7071 du fonds Diblik ; « copie des lettres 1923-1925 de Christian Strohm« ,

Posté par pins59 à 23:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mars 2018

Arras - P Malderet

  • P. MALDERET - Arras
  • Profession : Horlogerie / Bijouterie
  • Adresse : 9 Petite Place

Epson_10032018182018

Epson_10032018182110

Posté par pins59 à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Limoges - A Bastier

  • André BASTIER
  • Photographe du Chalet
  • Date de début d'activité : 1869
  • Adresse : 33 Boulevard Louis Blanc / Avenue du Pont Neuf Place de l' Hotel de Ville
  • Successeur de H. Médard
  • Succursalle à Saint Yrieix / Bourganeuf / Saint Junien
  • Photographie Bastier à Gueret par De Nussac

Epson_10032018181123

Epson_10032018181218

Posté par pins59 à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]