L' Atelier des photographes du XIX siecle

25 août 2018

Calais - un Défilé Militaire

  • Calais angle des boulevards Lafayette et Jacquard

Epson_24082018210851

Posté par pins59 à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Paris - Imbert

  • Imbert - Paris
  • Adresse : 17 Rue Vavin (entresol)
  • Sucesseur de A. PERICHET

Epson_24082018210426

Epson_24082018210520

Posté par pins59 à 14:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Anzin - Delsart

  • E. DELSART (Anzin)
  • Adresse : 35 rue de Saint Amand

Epson_24082018210159

Epson_24082018210322

Posté par pins59 à 14:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 août 2018

Calais - Scène de vie quotidienne

Vue de la muraille du Courgain qui séparait l'actuel boulevard des Alliés  et le quai du bassin du Paradis. 

Le "Bassin du Paradis" est situé dans le quartier maritime du Courgain, le Courgain, rassemble les familles de pêcheurs depuis le IXème siècle, et forme un quartier à part où les habitants parlaient un langage rude. 

Epson_04032017164734

Epson_18082018144335

Posté par pins59 à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Calais - Dominique FAZAKAS

  • Dominique FAZAKAS - Nationalité Hongroise
  • Dominique Fazakas se marie à Calais le 9/08/1902 avec Joséphine Thiebault
  • Enseigne : Photographie Moderne
  • Adresse : 16 Rue Notre Dame
  • Successeur de Landouzy et Roisin au 98 Boulevard Jacquard

EPSON004 EPSON005

EPSON006 

Epson_18082018144203

58138854

Extrait du journal Officiel de la République Française du 29 Avril 1915 ou il est dit que les biens de Dominique FAZAKAS de Nationalité Hongroise sont placés sous séquestre ( 70 rue de la Tannerie et 80 Rue de Vic), en effet c' est la Grande Guerre et l' empire Austro-Honfrois est notre ennemie. 

fazakas

 

Un article de "la Dépèche Tunisienne" de 1900 ou l' on retrouve Dominique FAZAKAS dans les faits divers. (perte de son porte-monnaie)

58138890

58138908

Posté par pins59 à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 août 2018

Calais - La Porte de Neptune

La Citadelle VAUBAN : 

Ce fut Henri Ier d'Orléans, duc de Longueville, gouverneur de Picardie, qui posa la première pierre en 1564. L'italien Castriotto et Jean Errard de Bar-le-Duc, deux brillants ingénieurs de l'époque participèrent aux travaux. Errard, à qui l'on doit aussi les citadelles d'Amiens et de Doullens, fut le créateur de la demi-lune de l'Hermitage devant la porte de la citadelle ayant pour nom Porte de Neptune. La stèle de NEPTUNE fut retrouvée dans les Garennes, à l’est de la ville, en 1600 et date probablement de l’occupation anglaise. Ce Neptune est couché et tient d’une main son trident, il pose le bras gauche sur une urne d’où sortent au milieu des eaux trois fleurs de lys.

Le château, dont il restait quatre tours, compléta les trois autres bastions. Une partie médiévale de l'enceinte de la ville avec la tour Carrée et la tour Pavée subsiste encore de nos jours. On peut entrer également dans la citadelle, après avoir passé la demi-lune par la Porte de Secours, puis par la Porte de Boulogne.

Trente ans après le commencement des premiers travaux, le conflit entre la France et l’Espagne, place la citadelle de Calaisau cœur du conflit. Le 24 avril 1596, alors que le fort Risban et le fort Nieulay sont déjà tombés, les habitants de Calais, y trouvent refuge afin de fuir les troupes de l'archiduc Albert d'Autriche, gouverneur de la Flandre, à la tête de l'armée des Pays-Bas. Mais la muraille creuse, car remplie de sable, tombe sous le feu des canons. Le bastion nord-est, assailli par l’ennemi, tombe à son tour malgré la résistance acharnée conduite par Michel Patras de Campaigno, surnommé le chevalier Noir. Nous sommes le 25 avril 1596, et Calais quitte de nouveau le giron du royaume de France, et cela pour la dernière fois.

L’histoire rend compte d’un vrai massacre et pillage en règle de la ville par les Espagnols qui recherchent l’or et l’argent des Calaisiens. La ville restera espagnole, jusqu’en mai 1598, date de signature du Traité de Vervins, rendant Calais à la Couronne de France. (wikipedia)

Epson_11082018132246 

Au XIXe siècle, 1000 soldats sont logés dans les casernes de la citadelle. Elle est dotée de citernes, de poudrières, de magasins aux vivres et d’étables

Posté par pins59 à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juil. 2018

Marseille - Mariani

  • Francois André Mariani - Marseille
  • Activité vers 1900
  • Adresse : 1 rue Colbert, 49 Rue Thiers
  • Succède à Rouvière à l Atelier de la Rue Colbert en 1901
  • A travaillé chez Louis Volle (Marseille)

Epson_16062018143316

Posté par pins59 à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2018

Niort - Vincent Richard Dagens

  • Vincent Richard DAGENS - Niort
  • Date de début d'activité : 1900
  • Adresse : 34 rue du 24 Février

Né au Haillan (Gironde) le 31 mars 1867, Vincent Richard Dagens est d'abord jardinier. Il se forme au métier de photographe dans la capitale. Plus tard, au dos de ses portraits, il se présentera comme "Ex-Opérateur des Premières Maisons de Paris". Le lieu et la date de son union avec Henriette Suzanne Sagnes (1874-?) ne sont pas connus. En octobre 1897, Vincent Dagens est domicilié 63, rue Saint-Martin à  Cognac (Charente) où sa femme sera photographe quelques années sous le nom de Mme Dagens. En 1901, le couple s'installe à  Niort (Deux-Sèvres) et ouvre un atelier 37, rue du 24-Février sous l'enseigne D. Richard. Ils sont recensés à  cette adresse en 1906.

Epson_16062018143214 

Epson_16062018143113

Posté par pins59 à 22:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mai 2018

Douai - Emile GUILLOT

  • Emile GUILLOT - Douai (Nord)
  • Enseigne : Photographie Parisienne
  • Date de début d'activité : 1885
  • Adresse : 36 Rue du Canteleux

Epson_12052018195807

Epson_12052018195857

Posté par pins59 à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Aniche - Paul Laurant

  • Paul LAURANT - Aniche

801_002

Epson_12052018194758

Posté par pins59 à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Raismes (Nord) - Lobet

  • Werner LOBET - Raismes (Nord)
  • Adresse : 20 Rue d' Alsace
  • Photographe et Horloger

Epson_12052018194600

Epson_12052018194654

Posté par pins59 à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Valenciennes - L' Honneur

  • L' Honneur - Valenciennes
  • Adresse : 41 Rue Saint Géry

TORRÈSE Emmanuel Appollinaire Victor - né à Naples le 28/12/1879 - Profession photographe, il épouse à Valenciennes le 28/12/1912 L'HONNEUR Renée Marie Charlotte né à Cherbourg  

Epson_12052018194507

Posté par pins59 à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Anzin - Adrien Beck

  • Jean Adrien BECK - Anzin (Nord) Né le 22 août 1857 à Paris - Marié le 29 mai 1882 à Anzin avec Désirée Julia BARRE 1864-1906
  • Date de début d'activité : 1880
  • Adresse : 43 Rue Saint Amand
  • Associé à Delsart
  • Son fils Adrien BECK Né le 11 novembre 1883 - Anzin sera aussi Photographe vers 1912 , tué à l' ennemi le 12 octobre 1914 à Bagatelle (51) du 91e R.I - Monument aux morts d' Anzin

Epson_12052018194310

Epson_12052018194853 Epson_12052018194953

Epson_12052018195950 Epson_12052018200036

Epson_12052018195108 Epson_12052018195205

Posté par pins59 à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2018

Courrières - Henri GOURLET

  • Henri Augustin GOURLET - Courrières Né le 30 janvier 1877 (mardi) - Courrières, Pas-de-Calais et Décédé le 9 août 1967 (mercredi) - Orchies, Nord, à l’âge de 90 ans
  • Artiste peintre - Photographe

Epson_09052018172722

Posté par pins59 à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Péronne - Edouard Souillard

  • Edouard SOUILLARD - Péronne (Somme) 

Jean Baptiste Alphonse Edouard Souillard - Né le 8 septembre 1856 - Arvillers, Somme, Picardie et Décédé le 18 février 1925 - Péronne, à l’âge de 68 ans - classe 1909, matricule n° 424, Bureau de recrutement de Péronne

Photographe, éditeur de cartes postales. Sa production, considérable, contribua à la renommée de la ville de Péronne. Remarqué par le Président du Conseil Jules Méline en 1897 lors d'une cérémonie à Péronne, il fut invité à accompagner l'homme politique lors d'un voyage officiel en Russie en août de la même année.

  • Date de début d'activité : 1890
  • Adresse: 39 Grand Place puis 55 Rue Saint Fursy / 35 Rue de Naviages
  • Atelier temporaire à Nesle chez Mr Edmond Richard le Vendredi / Mercredi un moment itinérant
  • telephone à disposition.

Édouard Souillard, un photographe professionnel, qui a vécu la Première Guerre mondiale. Son travail était si représentatif de la ville de Péronne que les Allemands, lorsqu’ils ont pillé certains magasins, ont récupéré les négatifs du photographe pour en tirer des cartes postales, qu’ils envoyaient à leurs proches restés en Allemagne. 

Le photographe Édouard Souillard, lui, est réquisitionné par les autorités allemandes : il doit les photographier pendant leurs manœuvres, leurs défilés. Il immortalise aussi la visite du roi Louis III de Bavière, le 6 février 1915. Ce jour-là, des bannières bleues et blanches, aux couleurs de la Bavière, ornent Péronne. Certaines n’ont pas tout à fait la bonne nuance de bleu : il s’agit de drapeaux des anciens combattants de 1870, que les Allemands ont récupérés. Ils en ont arraché le rouge avant de les suspendre en ville comme des trophées.

Son fils Marcel Alfred Edouard SOUILLARD reprendra la suite de son père
Né le 16 janvier 1889 - Péronne, Somme
Décédé le 16 novembre 1972 - Péronne, à l’âge de 83 ans

 Epson_09052018172822

Epson_09052018172914

Posté par pins59 à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mai 2018

Sainte Catherine les Arras - Joseph Quentin

Joseph Philibert Quentin

D’abord cordonnier puis “naturaliste-préparateur”, Joseph Quentin, né dans une modeste famille de Neuville-Saint-Vaast le 22 décembre 1857, se déclare photographe en 1894. Ses premiers clichés datent de 1891. Il devient, la même année, photographe officiel de la préfecture.

Arras le connaît pour ses clichés des monuments de la ville et pour son reportage sur le démantèlement des fortifications. La médiathèque conserve d'ailleurs quatre albums.

Lens le connaît pour ses remarquables photographies du fond de la mine. Photographe officiel des Houillères de Lens, Béthune et de Marles, il fixe des scènes de vie quotidienne des mineurs qui susciteront l’enthousiasme à l’Exposition universelle de Paris en 1900.

Joseph Quentin fonde, en 1900, la section arrageoise de l’Union photographique du Pas-de-Calais.

S’il fuit la Grande Guerre avec sa famille et s’installe à Paris, le photographe revient à Arras en février 1918 et au printemps 1919 pour livrer un reportage saisissant sur les destructions inouïes de la ville.

Article de La Voix du Nord - 22/12/2013

Né dans une famille de carriers de l’Artois, tour à tour violoniste, taxidermiste, cordonnier, Joseph Quentin est un autodidacte, étonnant touche-à-tout. Mais c’est la photographie qui va faire de lui une figure de son temps. Une profession qu’il embrasse au tout début des années 1890 avec un sujet de prédilection inédit en son temps…

C’est l’histoire d’un homme de la terre. De la terre d’Artois. Ses ancêtres arrachaient à cette dernière des blocs de craie blanche. Ses contemporains en sortaient des tonnes de charbon. Une vie entre noir et blanc. Comme les photos qui le rendront célèbre.

Joseph Quentin a une âme d’artiste. Adolescent, il apprend seul le violon et anime les noces et bals musette de l’Arrageois. Son temps libre, il le consacre à l’observation des oiseaux. Loin, très loin des attentes de son oncle adoptif qui l’aurait bien vu reprendre la boucherie familiale de Neuville-Saint-Vaast.

Joseph, habile de ses mains, devient finalement cordonnier. Mais le jeune homme a d’autres ambitions. Son dada, c’est de redonner vie aux choses. Y compris artificiellement. De cordonnier, il devient taxidermiste. Chasseur, il empaille à tour de bras les animaux qu’il abat. C’est de cette activité qu’il fait vivre sa petite famille, installée à Arras en 1885.

Fixer la vie, fixer l’instant… Joseph Quentin ne pouvait que céder à la passion de la photographie.

Autodidacte, il investit dans du matériel de prise de vue. Et il se met à arpenter son Arrageois natal, saisissant sur des milliers de plaques de verre la vie rurale, puis la croissance des villes. Son travail sur la démolition des remparts d’Arras le fait remarquer du préfet, qui en fait son photographe officiel. S’il poursuit son travail sur la ruralité, Quentin est de toutes les mondanités.

Bel homme, à l’âme d’artiste, il fait chavirer les cœurs. Son destin manque de basculer en septembre 1895 lorsqu’un vicomte jaloux lui tire dessus au pistolet. Un cadre qu’il portait contre lui lui sauve la vie. Blessé, le photographe séducteur se remet. Et pardonne. Cet événement a-t-il eu une influence sur ses choix de sujets ? Toujours est-il que Joseph Quentin va s’intéresser à un tout autre domaine que la vie des champs, les réceptions du préfet et les femmes en déshabillé dont il négocie les portraits auprès de revues parisiennes…

En 1898, il se fait embaucher par la Compagnie des mines de Lens. Les compagnies de Marles et de Béthune le recrutent dans la foulée.

Coup de flash au fond du puits
Photographe officiel pour ces entreprises, Quentin commence par immortaliser les bâtiments extérieurs : chevalets, ateliers, magasins. Travaillant sur commande, il est aussi de tous les banquets organisés par les directions des compagnies et, pour leur compte, fixe pour l’éternité leurs œuvres sociales.

Mais Joseph Quentin va franchir un pas que ses contemporains n’avaient pas osé : il est le tout premier à descendre au fond de la mine avec son matériel pour aller saisir des instants de vie souterraine alors complètement inédits.

À coups de flash au magnésium, il est le premier à magnifier, à exalter le métier de mineur. Son travail ne transpire pas la sueur, la misère, les dangers que courent les gueules noires. Il n’empêche que son œuvre suscite l’enthousiasme du public.

À tel point qu’il présente ses clichés à l’Exposition universelle de Paris, en 1900. Photographe consacré, Quentin poursuivra son activité quasiment jusqu’à sa mort, en 1946, léguant à la postérité un témoignage unique sur son époque. C’est ce témoignage que le Centre historique minier de Lewarde propose de découvrir jusqu’au 31 décembre, au Colisée de Lens.

Epson_05052018161544

Epson_05052018161727

Posté par pins59 à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avr. 2018

La Madeleine - Elie Rozet

  • Elie ROZET - La Madeleine (Nord)
  • Date de début d'activité : 1894/1899
  • Adresse : 59 Rue Faidherbe

Epson_29042018123713

Epson_29042018123836

Posté par pins59 à 16:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Valenciennes - Moreau

  • MOREAU - Valenciennes
  • Date de début d'activité : 1885/1887
  • Adresse : 3 Place d' Armes
  • Associé avec Quequin à Valenciennes 

Epson_29042018123415

Epson_29042018123521

Posté par pins59 à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avr. 2018

Paris - Bayard et Bertall

  • Hyppolite Bayard et Bertall  (actif vers 1860-1866)
  • Date de début d'activité : 1839
  • Adresse : 15 Bis Rue de la Madeleine 

Bertall (Charles Constant Albert Nicolas d'Arnoux de Limoges Saint-Saëns dit Bertall, né le 18 décembre 1820 à Paris et mort le 24 mars 1882 à Soyons, est un illustrateur, caricaturiste et graveur français.)Pionnier de la photographie, il collabore avec Hippolyte Bayard dès 1855, ouvrant ensuite avec lui l'atelier de photographie Bayard et Bertall (au 15 bis rue de la Madeleine, Paris), au début des années 1860 et jusqu'en 1865. Puis installé à son compte en 1866, il devient un portraitiste à succès.

Bayard (Breteuil-sur-Noye, 20 janvier 1801 - Nemours, 14 mai 1887) est un pionnier de la photographie, inventeur et artiste. 

Epson_21042018115547

Epson_21042018115811

Posté par pins59 à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avr. 2018

Paimpol - Constant Le Merle

  • Constant Le Merle - Paimpol
    Date de début d'activité : 1895
    Adresse à Vannes : 4 Rue Saint Nicolas puis 19 Place de l' Hotel de Ville
    Adresse à Paimpol : rue de Ploubazlanec
    Constant Joseph Louis Isidore Le Merle est né le 21 juillet 1876 à  Vannes (Morbihan). Il est le fils d'Auguste Constant Le Merle (1840-1908) sculpteur. En 1895, ce dernier reprend à  Paimpol (Côtes d'Armor) l'atelier de photographie de Moizan. Le père et le fils travaillent ensemble même si Constant Joseph était sans doute le plus qualifié des deux. En 1900, il s'installe à  Vannes. Situé rue Saint-Nicolas, son atelier de photographie sera ensuite transféré au 19, place de l'Hôtel de ville. Après le décès de son père, il revient à  Paimpol et reprend les rênes de l'atelier de la rue de Ploubazlanec où il est recensé en 1911. Mobilisé en février 1915, il se retire à  Paimpol en février 1919. (source portrait Sépia)

Epson_15042018120102

Epson_15042018120625

 

FRAD022_01R1095_SB_RM_1896_0455 - Copie

 



Posté par pins59 à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]